L’ALIMENTATION DU CHEVAL MINIATURE

Depuis les dernières années, la popularité des chevaux miniatures ne cesse d’accroître. Ce petit cheval doux et espiègle de moins de 38 pouces fait sa place dans le paysage québécois. Bien qu’il ait une conformation presqu’identique à celui du cheval standard et qu’il fasse partie de la même espèce, certaines particularités doivent être prises en compte lorsque vient le temps d’alimenter le cheval miniature. Voici donc quelques astuces pour s’assurer de combler ses besoins nutritionnels tout en prévenant les problèmes de santé courants.

 

  1. Peser son cheval miniature

    Pour être en mesure de déterminer les bonnes quantités de foin et d’aliment complet à lui servir, il est essentiel de le peser. Pour ce faire, utiliser une balance métrique (pour les plus petits) ou estimer son poids en le mesurant et en utilisant une formule standard comme celle-ci :

     

    (Tour de sangle (en pouces) x 11.68) + (Hauteur au garrot (en pouces) x 2.85) – 357.26

    = poids (en lbs)

     

  2. Évaluer sa condition de chair

    Pour savoir s’il faut apporter plus ou moins de calories à la ration pour maintenir une condition de chair souhaitable (entre 5 et 6 sur une échelle de 9), il est primordial d’évaluer régulièrement la cote de chair de son cheval miniature et de se référer à une charte fiable pour en déterminer la valeur. Il faut éviter l’embonpoint à tout prix pour prévenir les problèmes métaboliques et articulaires qui pourraient en découler à long terme.

     

  3. Servir suffisamment d’eau

    Le cheval miniature devrait avoir accès à de l’eau fraîche et propre en tout temps. Ne sous-estimer pas ses besoins en eau qui peuvent atteindre de 10 à 20litres/jour (et plus!) dépendamment de son poids, de son niveau d’exercice et de la température ambiante.

     

  4. Choisir le bon foin

    En général, un bon foin de qualité, exempt de poussière et composé majoritairement de graminées (mil, brome, dactyle) est suffisant pour combler les besoins des chevaux miniatures adultes. On vise un pourcentage de protéine entre 10 et 12%, légèrement plus s’il s’agit d’une jument en lactation ou d’un poulain en croissance. Si le pourcentage de protéine est en-deçà de 10% ou que sa consommation est limitée, il convient de compléter la ration avec un supplément contenant un % plus élevé de protéine digestible. Pour connaître les nutritionnelles de notre foin, il est essentiel de le faire analyser en laboratoire. Pour se faire, contactez votre expert-conseil La Coop.

  5. Déterminer la quantité de foin à servir

    Le cheval miniature devrait consommer de 1 à 2% de son poids corporel en fourrage par jour. Cette quantité doit être adaptée selon sa condition de chair. Le tableau ci-dessous donne des exemples de quantités journalières à servir selon le poids du cheval. S’il est plutôt gras, on vise la quantité minimale, s’il a tendance à être maigre, on vise la quantité maximale.

     

  6. Compléter la ration avec une moulée ou un supplément complet

    Si le cheval miniature est à l’exercice et que le foin ne suffit pas à combler ses besoins énergétiques (donc qu’il maintient difficilement une cote de chair d’au moins 5/9), l’ajout d’une moulée complète Célébrité est de mise. On privilégie alors des aliments complets à indice glycémique faible à modéré tel que le Célébrité Lino-Force ou le Célébrité Versa à raison d’un maximum de 500g à 1 kg/jour respectivement pour des chevaux de 100kg et 200kg. Cette quantité doit être séparée en plusieurs petits repas par jour.

     

    Si le cheval miniature maintient facilement sa condition de chair en ne mangeant que du foin, la ration peut alors être complétée uniquement avec un supplément complet de vitamine et de minéraux tel que le Célébrité Tonix à raison d’un maximum de ¾ à 1 ½ tasses/jour respectivement pour des chevaux de 100kg et 200kg à l’entretien.

     

    Il est important de se rappeler que vu leur petite taille, il est plus risqué de dépasser les dosages recommandés en minéraux et vitamines et de se retrouver en situation d’excès ou de toxicité. Il est donc recommandé de toujours peser les aliments servis et de se référer à un expert-conseil Coop pour connaître les quantités recommandées pour notre cheval miniature.

     

  7. Mieux vaut prévenir que guérir

    Finalement, assurez-vous de suivre le programme de médecine préventive annuel recommandé par votre vétérinaire incluant les vaccins, les vermifuges et les soins dentaires. Ce dernier point est crucial puisque les problèmes de dentition sont fréquents chez les chevaux miniatures et cela peut compromettre leur capacité à mastiquer et digérer correctement les aliments. Heureusement, les bons éleveurs de chevaux miniatures sont très sensibles à la question et s’efforce d’en tenir compte dans leur choix de génétique.